Opinion et stratégies d'entreprises Consumer Services Santé Media et numérique Luxe
3668

Publications en Opinion et Stratégies d'entreprise

Opinion et Stratégies d'entreprise
14/11/2017

Sondage à l’occasion du Prix de la femme d’influence

Le courage (49%) et l’engagement (38%) sont les deux valeurs que les femmes associent le plus à la notion d’influence chez les femmes. L’audace, pendant du courage, vient compléter cette équation (23%) avec la notion de créativité (24%), laissant entendre que l’engagement des femmes ne se contenterait pas de suivre des chemins trop classiques. En conséquence de quoi, certaines conditions apparaissent sine qua non pour obtenir le statut d’influenceuse comme le fait de faire preuve d’audace (92% des femmes jugent que pour obtenir le statut de femme d’influence, une femme doit faire preuve d’audace) et d’être capable de fédérer une équipe et avoir des qualités managériales (89%). « Etre exemplaire et engagée » (87%) et « se consacrer à des causes qui lui tiennent à cœur » (86%) se présentent également comme des critères non négociables. La notoriété – « bénéficier d’une certaine notoriété » (68%), « passer régulièrement dans les médias » (32%) – comme le fait d’avoir un poste à responsabilité – au sein d’une entreprise (67%) et, encore moins, dans la vie politique (31%) – n’apparaissent que comme des atouts secondaires, quasiment inopérants pour ce qui est de la fonction politique.
Opinion et Stratégies d'entreprise
13/11/2017

Observatoire des politiques publiques : les Français et l’organisation territoriale

Encouragées par les différents pouvoirs à se mettre en place à l’échelle nationale, les métropoles sont des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créés par la loi de réforme des collectivités territoriales de 2010, et dont les pouvoirs ont été renforcés par loi de modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles. Il s’agit de la forme la plus intégrée d’intercommunalités et il en existera 19 en France au 1er janvier 2018.
 
Acteurs Publics a souhaité s’intéresser à l’essor de ces métropoles, et plus généralement à celui des structures intercommunales, et à cerner les représentations que s’en fait la population, sachant qu’elles concurrencent d’autres échelons territoriaux, à commencer par les communes auxquelles les citoyens sont très attachés. Le sondage réalisé par l’Ifop dans cette perspective montre que les Français accueillent d’un œil plutôt bienveillant le changement initié par ces groupements de communes, mais commencent déjà à identifier certains effets négatifs qu’il convient d’appréhender.
Opinion et Stratégies d'entreprise
10/11/2017

« Balises d’opinion » #5 - Les Français et la commémoration de différents événements historiques

Le sondage Ifop-Fiducial réalisé pour CNews et Sud Radio montre que les Français s’inscrivent dans une logique commémorative. La commémoration de différents événements historiques est ainsi plébiscitée, notamment les deux grands traumatismes européens du XXe siècle : 93% des Français approuvent la commémoration de la fin de la Seconde Guerre mondiale (1939-1945) le 8 mai, et 89% l’armistice de la Première Guerre mondiale (1914-1918) le 11 novembre. De plus, la commémoration annuelle de ces deux événements, déjà instituée, ne génère aucun clivage entre les diverses tendances politiques.

Pour autant, le sondage établit une hiérarchie claire entre les différents événements historiques proposés, puisque la commémoration des attentats de janvier 2015 et du 13 novembre 2015 à Paris et à Saint-Denis arrive en troisième position (53%), loin derrière la fin de la Seconde Guerre mondiale et l’armistice de la Première Guerre mondiale. Pour autant, et bien qu’ils soient très récents, une majorité de Français souhaiteraient les voir commémorés annuellement, devant les accords d’Evian mettant fin à la guerre d’Algérie le 18 mars 1962 (44%) et les événements de Mai 68 (36%).

La commémoration de ces deux derniers événements historiques génère plus de clivage politique : 60% des sympathisants du Parti Socialiste se positionnent en faveur de la commémoration annuelle des accords d’Evian, contre seulement 30% chez les proches des Républicains ; de même, plus d’un partisan de la France Insoumise sur deux appelle de ses vœux la commémoration de Mai 68 (54%) contre seulement 16% chez les Républicains.

Enfin, si la commémoration annuelle de Mai 68 n’est approuvée que du tiers des Français (36%), l’importance qui lui est accordée dans l’histoire récente de France relativise ce chiffre : ainsi, près de quatre Français sur cinq (78%) le jugent important, dont 88% chez les partisans de la France Insoumise et 86% pour les proches du Parti Socialiste.
Opinion et Stratégies d'entreprise
09/11/2017

Le tableau de bord politique Paris Match/Sud Radio – Ifop/Fiducial Les personnalités – Novembre 2017

Après une hausse notable de la popularité de plusieurs membres du gouvernement en octobre, la vague de novembre 2017 du tableau de bord des personnalités Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud Radio, se distingue par une stabilité globale de l’exécutif à quelques exceptions près. On retiendra notamment que :

- Emmanuel Macron continue de cliver les Français malgré une popularité en légère progression. 52% des personnes interrogées déclarent avoir une bonne opinion du président de la République – soit une hausse de 2 points par rapport au mois dernier – tandis que 46% en ont une mauvaise. Dans le détail, le chef de l’Etat bénéficie d’une hausse spectaculaire des bonnes opinions à droite (54% +18) qui compense largement une baisse observée depuis le début du quinquennat à gauche et en particulier parmi les sympathisants du PS (50% - 5). Plus que jamais Emmanuel Macron peut compter sur le soutien de sa base puisque la quasi-unanimité des proches de La République en Marche dit en avoir une bonne opinion (95%, +2). Le Premier ministre s’inscrit dans une dynamique similaire et gagne 1 point en novembre, du fait d’un soutien croissant des sympathisants de droite (66% +13) et de La République en Marche (85% +2).

- En dehors du couple exécutif, les autres personnalités de la majorité présidentielle voient leur popularité se stabiliser hormis Christophe Castaner, récemment désigné pour prendre la tête du mouvement La République en Marche. Ce dernier bénéficie en effet d’une progression de 5 points en novembre (28% de bonnes opinions). Les autres membres du gouvernement connaissent des évolutions moins amples à l’image de la ministre des Sports Laura Flessel (54% de bonnes opinions, -1) ou du ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot (68%, +1).

- S’agissant de l’opposition, Laurent Wauquiez gagne du terrain alors qu’il se prépare à prendre la présidence du parti Les Républicains (39% +4) et atteint ainsi le même niveau de popularité que Valérie Pécresse (39% =). Une progression qui s’explique principalement par une adhésion croissante parmi les sympathisants de la droite nationale (+14 points de bonnes opinions chez Debout la France à 59% et +15 points au Front National à 48%), qui compense une forte baisse parmi les proches des LR (63% -8). De l’autre côté de l’échiquier politique, Jean-Luc Mélenchon perd 3 points (43% de bonnes opinions) en novembre quand l’ancien premier ministre de François Hollande, Bernard Cazeneuve en gagne 6 et atteint ainsi la deuxième place du classement.