Opinion et stratégies d'entreprises Consumer Services Santé Media et numérique Luxe

Sondage 04.01.2016

Objets connectés et usage des données : La perception des Français

Les Français se montrent très familiers avec le principe des objets connectés : près de 6 Français sur 10 (57%) déclarent savoir précisément ce dont il s’agit. Les plus au fait sont les populations les plus jeunes (76% des moins de 25 ans déclarent savoir exactement ce que c’est), les CSP+ (66%) et les hommes (63%). Seuls 3 des Français n’ont jamais entendu parler des objets connectés.

Le fait que les objets connectés produisent de la data est un principe plutôt clair dans les esprits (seuls 10% des Français n’en avaient pas du tout conscience). N’ignorant pas ce principe, les Français semblent porter un regard inquiet sur les risques qui y sont associés : la moitié d’entre eux se dit effrayée par le risque de fuite des données personnelles, et les deux tiers (68%) considèrent que les données sont mal protégées. Ce sentiment est largement partagé dans la population française, y compris auprès des early adopters, déjà équipés d’un ou plusieurs objets connectés. Ils en ont en outre un très large doute sur le devenir des données produites et sur leur possesseur : seul un quart des Français pense que les données appartiennent à son émetteur (18% les attribuent à l’OS du smartphone, et 39% ne savent pas).

Ainsi, les avis sont très partagés sur la possibilité de vendre les données produites par les objets connectés à des fins commerciales : près de la moitié des Français (45%) pense que cela est possible même sans accord de l’intéressé. Dans ce contexte de doute et de méfiance, seuls 16% des Français se disent prêts à partager leurs données, mais à condition d’en tirer un avantage. Les plus jeunes sont un peu plus ouverts au principe (24% des moins de 25 ans).

S’il s’agit de partager ses données avec l’assureur pour bénéficier d’avantages, les Français sont un peu plus nombreux à l’envisager (32%), mais restent majoritairement fermés à l’idée (68% ne sont d’accord, dont 32% pas du tout). Là encore, les cibles les plus jeunes sont légèrement plus favorables à l’idée que les plus âgés (39% des moins de 25 ans prêts à partager avec des données avec l’assureur vs 28% chez les 50 ans et plus).

Echantillon de 1005 personnes, représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus.

La représentativité de l'échantillon a été assurée par la méthode des quotas. Les interviews ont eu lieu online du 18 au 20 novembre 2015.

AVEC:  LEWIS PR

Nous contacter

Raphaël Berger Raphaël Berger :
Directeur du Pôle Média et Numérique
Email


tél : (33) 01 45 84 14 44
Fax : (33) 01 45 84 93 38